07 mai 2007

Ici londres

                                                       ortf

Le monde des télécommunications est fascinant. Avec quelle rapidité ce secteur s’est-il développé. 4 ans après la création de l’ORTF déjà, des hordes chevelues dénonçaient :

                                                                        1968                                                                

Etonnant non ?

Peu après, les années 80 marquent un tournant pour la transmission de l’info. C’est l’apparition du câble analogique, la reconnaissance des radios libres en 81 et des télés locales en 86. Entre-temps on crée de nouvelles chaînes (canal, m6, la 5), l’état perd le monopole des programmations et au nom de la liberté de communication un opérateur peut détenir 49% du capital d’une chaîne privée… Aujourd’hui, quel impact peut-on mesurer sur la qualité -et surtout l’objectivité- des informations ?

Il faudrait, d’après moi, remonter en 1979 quand Philips invente le disc laser. Le rapport ? Vous demanderez-vous, sceptiques. On sait dès lors traduire une donnée en binaire, et qui dit binaire dit signal facile à transmettre, plus robuste, et surtout compressible. Combinez ces nouvelles lois audiovisuelles avec plus de bande passante, plus de canaux et vous vous retrouvez avec de l’Information à tous les coins de pixels et le cours du Giga qui se porte bien.

Mais alors, s’inquiètent les professionnels, si tout le monde peut relayer l’information, entrons nous dans l’ère de la mésinformation ?

Les sources se sont multipliées avec les supports et l’info est hyper accessible que ce soit sur internet avec de nouveaux formats de reportages, les flux RSS, les news de Gougueule et Yahou, ou tout bêtement avec la multiplication des chaînes de proximité. C’est la déprofessionnalisation de l’information, et c’est grave, imaginez que tout le monde se mette à réfléchir.

Pour ma part, plus grave que la démocratisation, c’est le parti pris des médias populaires et institutionnels. Ce qui m’a le plus interpelée hier finalement c’est le Zapping, ce programme court et ouvertement partial.

François Bachy fraîchement ordonné chevalier du mérite, et en plus grotesque ou effrayant: "la France qui triche", sujet « brulant » du Droit de Savoir. Pas d’analyse, j’ai pas poussé le vice jusqu'à regarder. En revanche, je comprends pourquoi ce matin j’ai mal au cul à 53%...

Si on voulait finir d’être soufflé, il suffisait d’écouter les débriefings sur LCI jeudi matin.Mais pour moi, la France qui triche, c’est celle qui ment sur les chiffres du chômage. On m’a demandé des chiffres, alors je vous invite à observer les sorties de l’ANPE de mars 2007 pour la catégorie 1, à partir d’une source volontairement officielle : http://www.travail.gouv.fr/IMG/pdf/PI_0307.pdf  Que chacun se fasse son opinion, je reste ouverte à la discussion..

Immigration choisie, chômeur-profiteur-fraudeur, Droit à l’éducation !, « Egalité des chances »…Délinquance et récidive, génétique ?!, exclusion. Ce blog se prépare de beaux jours et ma véhémence n’aura d’égal que sa certitude.

Allez maintenant que c’est passé, entre nous, vous y avez vraiment cru au capitalisme moral ?

Demain c’est encore la fin de la guerre, on peut continuer dans l’euphorie de l’identité nationale et se faire chier devant Le jour le plus long, sinon on peut attendre Le Tambour de Volker Schlöndorff, diffusé jeudi 10 sur Arte...

…Ca va pas être facile de trouver son style.

Posté par the geek à 15:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Ici londres

    Les bons chiffres du chomage!

    Quand je lis les chiffres du chomage, je ne peux qu'être optimiste, on va de baisse en baisse ce qui est très positif. On peut raisonnablement espérer le plein emploi sous peu. Il n'y a qu'à lire "Sur un an, le nombre de
    demandeurs d'emploi de catégorie 1 décroît de 10,8 %". J'espère qu'on va continuer comme ca.

    Je voudrais juste revenir à Philips et son cd qui a permis de traduire les données en binaire. Et bien, la pensée est comme un cd, on est soit de droite soit de gauche, soit pour aider les défavorisés, les blessés de la vie soit pour engraisser encore plus ces salauds de patrons qui vous exploitent. Alors finalement, l'accessibilité accrue à l'information mais aussi sa diffusion aisée aussi bénéfiques et salvatrices pour nos pauvres âmes soient-elles, mène à une vulgaire opposition droite-gauche.
    Que l'on taxe les médias traditionnels de subjectivisme et de partialité est une quasi-évidence. Et TF1 en est l'exemple le plus criant. Cependant on voit quand même qu'on a à notre portée un nombre très important de types de médias et de catégroies de médias. Alors partant de ce constat on regarde ce que l'on veut voir. On veut de la droite on regarde Pernaut à 13h. On veut de la gauche on regarde Ruquier à 19h. Et voilà notre courant binaire ainsi représenté.
    Là où survient le problème, c'est qu'à force de vouloir combattre un média pro-droite comme TF1 ou LCI, on va utiliser les moyens en notre possession, ce qui est légitime, comme par exemple internet qui est le plus accessible. Or qui sont le personnes qui vont s'exprimer? Ceux qui ne pensent pas pareil. Alors ce qui est dénigré d'un côté est reproduit de l'autre mais en sens inverse. Et cela je ne le critique puisque c'est l'essence même de la liberté de penser. Ce qui est criticable en revanche, c'est de vouloir montrer du doigt un média pour les défauts qu'on lui connaît tout en reproduisant ce qui est criticable. Ou alors, peut-être est-ce cela simplement la liberté d'expression...
    Le fait est qu'aucun média n'est impartial. Il faut l'accepter et savoir choisir ses sources afin d'avoir des avis divergents (comme le libé et le figaro par exemple) pour se forger son propre opinion.

    Sur ce bonne nuit.

    Posté par Vincent, 10 mai 2007 à 00:47 | | Répondre
  • Ma fonction m’habite ! (À malte)

    Reste à savoir si on admet que des directeurs de com. remplacent les journalistes. Mais si, en effet, cela n'est qu'une vulgaire évidence, alors le débat est clos.
    Quant à critiquer le principe d’opposition et les styles utilisés, on pourrait s'interroger sur la différence d’impact entre TF1 et Tbatg…
    (modeste, hein)

    Posté par the geek, 12 mai 2007 à 14:00 | | Répondre
Nouveau commentaire